Türkiye Cumhuriyeti

Lyon Başkonsolosluğu

Konuşma Metinleri

Liyon Başkonsolosluğu'nca düzenlenen 29 Ekim Cumhuıiyet Bayramı Resepsiyonu, 29.10.2013

Monsieur le Sous-Préfet Bruno André représentant Monsieur le Préfet de la région Rhône-Alpes, Préfet du Rhône, Jean-François Carenco,

Monsieur le Président du Conseil Régional Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne,

Monsieur Hubert Julien-Laferrière, Conseiller municipal délégué chargé de la Coopération Décentralisée et Solidarité Internationale, Vice-Président du Grand Lyon, représentant de Monsieur le Sénateur Maire Gérard Collomb,

Monsieur le Général Martial de Braquilanges, Gouverneur Militaire de Lyon,

Mesdames et Messieurs les membres du Corps Consulaire de Lyon,

Mesdames et Messieurs les représentants des Corps Constitués,

Mesdames et Messieurs les Elus,

Chers ressortissants,

Nous sommes très heureux de vous accueillir, toujours aussi nombreux, à l’occasion de notre fête nationale. En effet, nous célébrons aujourd’hui même le 90ème anniversaire de la proclamation de la République de Turquie.

Mesdames et Messieurs,

Depuis le début de l’année, la Turquie a connu d’importants développements sur lesquels je souhaiterais attirer votre attention.

La Turquie s’engage pleinement à poursuivre un processus global de réformes visant à protéger et à promouvoir les droits fondamentaux en Turquie.

Suite aux réformes mises en place de longue date pour améliorer les libertés, le Premier Ministre Recep Tayyip Erdogan a rendu public, le 30 septembre dernier, le nouveau « programme de démocratisation » qui comprend un ensemble de réformes répondant aux attentes du peuple turc.

Par cette ouverture, il s’est agi d’élargir, selon les critères européens, le champs des droits civiques et politiques des citoyens turcs, de renforcer les sanctions contre les « discours de haine » et la discrimination, de protéger les différents modes de vie, de faire évoluer le droit à la liberté d’assemblée et de réunion, de permettre l’enseignement des langues régionales dans les écoles privées, d’assurer la protection et la garantie des données à caractère personnel, et enfin de mettre en place des mesures en vue de l’amélioration des conditions de vie des Roms en Turquie.

Mesdames, Messieurs,

Nos relations avec l’Union Européenne se sont récemment développées de manière positive. En effet, le rapport d’avancement présenté, le 16 octobre 2013, par la Commission de l’Union Européenne, met en évidence les progrès notables de la Turquie dans le processus de sa candidature à l’Union Européenne.

Permettez-moi de rappeler qu’en juin dernier, la France a retiré son veto politique sur le chapitre 22 intitulé « Politique régionale et coordination des instruments structurels ». A cet égard, nous tenons à remercier vivement les hauts responsables français. Ainsi, le 5 novembre prochain, la Turquie va entamer, avec la Commission de l’Union Européenne, les négociations sur ledit chapitre.

Nous espérons que la France, en tant que membre fondateur et moteur de l’Union Européenne, ouvre la voie à la Turquie, en revendiquant le principe « Pacta sunt servanda ». Ainsi, la France renforcera non seulement l’unité de l’Union Européenne, mais aidera aussi largement à accroitre le prestige et l’influence de l’Europe dans le monde.

Mesdames et Messieurs,

La Turquie a inauguré cet après-midi le premier tunnel ferroviaire sous le Bosphore pour relier l’Asie et l’Europe. Intitulé le « Marmaray », ce tunnel de 14 km relie les deux rives du détroit du Bosphore. Aujourd’hui il transporte ses premiers passagers d’Asie en Europe et quatre minutes seront nécessaires pour le trajet. Pour quoi faire référence ? En effet parce que, un tel ouvrage sous-marin avait déjà été imaginé à l’époque par un ingénieur français, Simon Préault, qui avait remis ses plans au Sultan Abdülhamit.

Cela est un exemple que la Turquie et la France sont des pays amis et alliés qui possèdent des liens ancestraux privilégiés, tant au niveau des relations économiques que des échanges culturels et politiques.

L’amitié turco-française, débutée par le message envoyé en 1525, lors de la bataille de Pavie [Pavi], par le Roi François 1er au Sultan Soliman le Magnifique, s’est initialement transmise au niveau de relations diplomatiques. Le premier Ambassadeur de France à Istanbul, Jean de La Forest, a pris ses fonctions en 1535.

Par les accords d’Ankara signés en 1921, la France a été le premier pays occidental à reconnaître le Gouvernement National d’Atatürk, qui fut à l’origine de la République de Turquie.

Les deux pays travaillent ensemble depuis très longtemps face aux épreuves en Europe et dans le monde. Les liens d’alliance au sein de l’OTAN, la cohésion des deux pays dans le G-20, la présence depuis presque un demi-siècle de la communauté turque en France, et leurs positions similaires face aux défis régionaux et internationaux, rendent la coopération turco-française essentielle dans plusieurs domaines.

Je pense qu’il est important d’approfondir cette amitié, ainsi que les relations existantes afin que les deux pays puissent établir un partenariat effectif qui fera la différence au niveau mondial.

L’augmentation des contacts de haut niveau, depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement français, est très satisfaisante. En effet, en 2013, les contacts bilatéraux se sont multipliés à l’occasion de nombreuses visites et réunions ministérielles.

Mesdames, Messieurs,

Vous comprendrez aisément que les relations bilatérales entre la Turquie et la France qui connaissent aujourd’hui un renouveau se reflètent sur les activités du Consulat Général.

Ainsi, il va sans dire que les échanges entre notre mission consulaire et les diverses chambres de commerce et d’industrie, chambres de métiers et de l’artisanat, ainsi qu’avec d’autres entités de la région, se sont largement développés en 2013.

Je voudrais également souligner l’importance de la communauté turque et franco turque de notre circonscription consulaire, 16 départements au total, qui compte 160 000 personnes dont environ 80 000 dans la région Rhône-Alpes.

Cette communauté, arrivée en France dans les années 1970, est relativement bien insérée dans le tissu économique, social, voire politique de la région. Elle participe activement à la vie locale de certaines communes. Son adaptation est d’ailleurs favorisée par les autorités, le plus souvent, municipales, qui font preuve d’une disponibilité et d’une attention à l’égard de notre communauté. Je les en remercie vivement au passage.

En outre, ces dernières années, le nombre des jeunes turcs ou franco-turcs qui poursuivent leurs études secondaires et universitaires dans notre circonscription, a largement augmenté : environ 2 000 sont inscrits dans les universités de la région, principalement à Lyon, Grenoble, Saint-Etienne et Clermont-Ferrand. Notamment dans le cadre du programme Erasmus, les échanges ont lieu entre 250 établissements français et 75 universités turques majoritairement d’Istanbul et Ankara.

A cette occasion, je tiens à exprimer également mes sincères remerciements à la communauté franco-turque de notre circonscription consulaire qui, d’ailleurs, est largement représentée ce soir par les présidents des principales associations, des hommes d’affaires, des scientifiques et des artistes turcs, qui facilitent les démarches consulaires dans de nombreux domaines.

Merci à tous de votre présence.

Je vous souhaite une excellente soirée.

Vive la Turquie ! Vive la France ! Vive l’amitié franco-turque