Türkiye Cumhuriyeti

Lyon Başkonsolosluğu

Konuşma Metinleri

Présentation des travaux réalisés par Engin Akgürbüz sur la bataille des Dardanelles, 19.06.2015

Mercredi 17 juin 2015 à 17 heures à l’Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand

M. le Préfet Michel Fuzeau,
M. le Maire Olivier Bianchi,
Capitaine Simon Patching, représentant de l’Ambassade d’Australie à Paris,
M. le représentant de l’Ambassade de Grande-Bretagne à Paris,
Lieutenant Héloïse Hablot, représentant le gouvernement militaire de Lyon,
M. le Président de l’Association des Anciens Combattants de Paris,
M. le Président de l’Association des Anciens Combattants de Clermont Ferrand,
Mme Anne-Marie Maire, Directrice académique du Puy-de-Dôme,
Mesdames, Messieurs les Adjoints au Maire et Elus,
M. Gazi Keser, Président du Conseil Régional du Culte Musulman Auvergne,
M. Mustafa Külekçi, Président de l’Association Ditib,
M. Muhsin Temur, Président de l’Association Milli Görüş,

Mesdames, Messieurs,

C’est un grand plaisir pour moi d’être ce soir parmi vous qui, nombreux, êtes venus assister à la présentation des travaux réalisés par Monsieur Engin Akgürbüz sur la bataille des Dardanelles.

Tout d’abord, je tiens à saluer l’initiative et la ténacité de Monsieur Engin Akgürbüz dans sa volonté de présenter cette bataille historique à travers une exposition de photographies prises par Melle Tuğçe Şimşek.

Je voudrais remercier la Ville de Clermont-Ferrand en la personne de Monsieur le Maire Olivier Bianchi, d’avoir bien voulu accueillir dans les salons de l’Hôtel de Ville de Clermont-Ferrand, cette exposition organisée dans le cadre du centenaire de la Première Guerre Mondiale.

D’autant que j’ai connaissance de l’importance que représente pour les différentes nations qui y ont participé, et tout particulièrement le vôtre, cet épisode militaire qui est retracé dans les livres scolaires d’histoire de nombreux pays. Ce que certains ont alors appelé l’enfer des Dardanelles reste comme l’un des combats les plus meurtriers de la Première Guerre Mondiale.

En effet, la bataille des Dardanelles, également appelée campagne de Gallipoli, fut un affrontement de la Première Guerre Mondiale qui opposa l’Empire ottoman aux troupes britanniques et françaises du 25 avril 1915 au 9 janvier 1916. Cette bataille fut un sérieux revers pour les Alliés et l’un des plus grands succès ottoman durant le conflit, d’autant qu’il a marqué l’ascension du fondateur de la République turque moderne, Mustafa Kemal Atatürk. Au total, 250 000 Turcs ont laissé leur vie dans cette bataille, dans des conditions de guerre horribles.

Il est à noter que cette campagne fut par ailleurs un élément important de l’identité nationale australienne et néo-zélandaise. La date du débarquement du 25 avril 1915, commémorée sous le nom de journée de l’ANZAC est la plus importante célébration militaire dans ces deux pays, dont plusieurs représentants ont souhaité être parmi nous aujourd’hui.

Aussi, comme chaque année, la Turquie a organisé les cérémonies de commémoration de la bataille des Dardanelles les 24 et 25 avril, aux côtés d’une trentaine de délégations nationales et de représentants des Nations-Unies, venus honorer la mémoire des combattants tombés à partir du mois de mars 1915.

Je tiens à rappeler que près de 80 000 soldats français ou coloniaux (Afrique du Nord et de l’Ouest) ont été engagés dans ces combats au sein du Corps expéditionnaire d’Orient, puis du Corps expéditionnaire des Dardanelles, tout au long de l’année 2015 et jusqu’en janvier 2016. 14 382 reposent au cimetière français de Seddül Bahir (à l’extrémité sud de la presqu’île) et une cinquantaine au cimetière français de la ville de Gallipoli, tandis que les 600 marins du Bouvet reposent dans les eaux du Détroit.

Cent ans après, je rends hommage aux soldats turcs et français. Je pense également aux soldats anglais, australiens et néo-zélandais qui ont perdu la vie dans ces durs combats. Cent ans après, le sacrifice et le courage de nos armées demeurent vivants, mais en plus enrichis de l’amitié toujours plus forte qui unit nos peuples.

Je remercie bien sûr les membres de l’Association Ditib de Clermont-Ferrand qui sont présents aujourd’hui, ainsi que M. Gazi Keser qui a lui aussi beaucoup travailler à l’organisation de cette rencontre.

Je félicite les responsables militaires des différents pays qui ont fait le déplacement à Clermont-Ferrand pour nous honorer de leur présence à cette occasion.

Merci de votre attention et bonne visite.

Hilmi Ege TÜREMEN